David Gomes Vilela, Directeur général adjoint d’AeGEFIM Promotion, répond à nos questions, suite au déploiement de Ma-Résidence à Savigny-sur-Orge (91). 

 

  •  Pourquoi avoir choisi le réseau Ma-Résidence ?

Aujourd’hui nous réalisons 500 logements par an et notre choix s’inscrit dans une démarche globale. Nous avons bien compris l’intérêt du lien social entre résidents. Nous avons donc opté pour Ma-Résidence pour nos projets de résidences seniors et intergénérationnelles conventionnées, qui permettent aux seniors d’accéder à des résidences et des services de qualité à des prix accessibles. Des services disponibles et à la carte, pour une maîtrise du reste à charge.

 

  • Comment valorisez-vous ce dispositif auprès de vos clients ?

Nous avions conceptualisé des résidences intergénérationnelles mais pas l’outil de gestion. L’idée était peut-être de mettre un animateur pour gérer des animations mais la question se posait de comment communique-t-il ? En tant que promoteur, ce n’est pas notre métier et les bailleurs n’étaient pas au fait du sujet, ou bien seulement quelque uns avec des départements d’action sociale… Tout cela coute cher et impacte le bilan de l’opération qui du coup peut perdre en qualité. Ce qui est intéressant avec Ma-Résidence, c’est que l’outil est évolué, évolutif et moderne. Il répond à la demande et s’insère complétement dans ce type de résidence.

 

  • Quel est l’objectif général du projet ? 

Dans notre package, il fallait proposer une offre complète et il nous manquait l’outil. Le premier  animateur de la résidence, c’est le gardien mais il n’a pas grand-chose à disposition pour communiquer. Le point majeur au-delà de l’outil, c’est l’animation. Ma-Résidence dynamise, suit et propose du contenu pour que le lien social ne se perde pas. L’animation se perd sans contenu.

De plus, avec Ma-Résidence, on dématérialise la remontée des besoins donc il n’y a pas de charge salariale supplémentaire. L’outil convient aux jeunes via l’appli smartphone et aussi aux seniors qui le découvrent. L’idée est d’insuffler une dynamique à des résidents qui doivent apprendre à vivre entre eux dans une résidence hybride.

 

  • Comment le projet se concrétise-t-il à Savigny-sur-Orge ?

Avec l’installation, en plus du réseau, d’un Hall’Numéric (écran digital au sein de la résidence, animé par Ma-Résidence), ce qui nous permet de disposer d’un produit évolutif. Nous essayons de moderniser jusqu’au bout la résidence. Le Hall‘Numeric est un outil qui va dans l’esprit et dans la continuité du service que nous souhaitons apporter, avec une lecture numérique plus directe mais aussi plus facile qu’un simple affichage. C’est quelque chose de vraiment interactif, cela anime le hall d’entrée et met de la vie au sein de la résidence. La rencontre physique peut aussi se faire au sein de la salle commune. Nous avons prévu d’y installer un ordinateur et une « boite à entraide » pour la remontée des besoins, qui permet aussi le rappel de l’existence du dispositif auprès des résidents.

 

  • Quels sont les plus du dispositif proposé par Ma-Résidence ?

Ce que nous y voyons de potentiellement très intéressant, c’est aussi la gestion des professions libérales qui interviennent au sein de la résidence. Par ailleurs, l’ouverture sur le quartier doit se faire en lien avec le CCAS. Les collectivités proposent des marches, des expositions, des animations… en plus des nôtres. Le positionnement du CCAS est très important pour le lien social des résidents vers l’extérieur. Ma-Résidence et le réseau Ensembl’ permettent de faire le lien entre les deux. Enfin pour le bailleur, c’est aussi intéressant pour eux, qui ne sont pas forcément équipés d’un intranet spécifique par immeuble…

 

  • Quel est l’accompagnement proposé par Ma-Résidence ?

Les équipes Ma-résidence nous accompagnent sur le projet pour expliquer le lien social, son utilité, l’objectif des outils et répondent aux questions des élus et des locataires. Nous sommes très heureux d’avoir l’équipe de Ma-résidence à nos côtés sur le déploiement du dispositif.

 

  • Quel perspectives voyez-vous pour l’avenir ?

Les cahiers des charges des bailleurs évoluent mais encore trop peu de consultations portent sur des logements seniors ou mixtes. La double économie que représente la construction de la résidence et son exploitation est un exercice complexe. L’idée est d’avoir des outils qui soient pas trop onéreux car nous faisons évidement appel à aucun financement public. Ma-Résidence répond aussi à cet enjeu économique et nous espérons pouvoir le développer sur d’autres programmes prochainement.

 

David Gomes Vilela, Directeur général adjoint AeGEFIM Promotion : « avec Ma-Résidence, nous disposons d’un outil évolué et évolutif »